Le lac du cygne

Publié le par Arpenteur

Un soleil jaune et rasant qui transperce le bleu du ciel. Une forêt brunâtre et effeuillée. Un petit lac gris de glace. Un cygne blanc. 

Et le temps suspend son vol. Il avance avec la lenteur incertaine du cygne dont les larges palmes grises hésitent sur cette banquise improbable. Titubant, glissant, l’oiseau cherche un équilibre douteux de son long cou qui ondule. Le regard tendu vers la rive, il a l’air gêné que tu le regardes. 

Il ne sait pas qu’il t’offre un moment d’éternité. 

Sur la plage, tu l’attends, le sourire au lèvres. 

Fier et digne, il marche, glisse, tombe, se relève. Près de la rive, la glace cède, il se retrouve dans son élément, tout à coup majestueux. Le cou dressé il avance, sort de l’eau, et s’ébroue. Il étire ses ailes pour dessiner sur le sable l’ombre d’un aigle gigantesque, presque jusqu’à tes pieds. 

Vous vous regardez. Il se pose sur le sol. 

Tu lui dis merci. 

Et tu t’en vas. Tu remontes dans ta voiture, ébloui par le soleil hivernal. 

Tu démarres. 

« Le virus de la grippe aviaire a été retrouvé sur un cygne mort » t’avertit la radio. Troublante coïncidence. 

Tu te retournes vers la tache blanche que tu devines encore à travers les broussailles : « Merci, … et bonne chance ».  

« Coup d’œil » glacial, par Arpenteur, juge de patinage artistique depuis 1971 

(c)photo arpenteur2006

Publié dans Coup d'oeil

Commenter cet article

Elle est à Part 08/08/2011 11:15



... J'aime le lieu. Et l'anecdote. Elle m'inspire une phrase d'un chanteur que je n'aime pourtant pas trop (non non, c'est pas celui auquel on pense...) "Où vont les canards quand ils ont trop
froid ?" C'est une chanson de Cali. Et du coup, je me demande s'il en est de même pour les cygnes. Ont-ils trop froid parfois (par grand froid par exemple) ?



Marie 29/01/2009 17:50

Et quand il vole, on croit entendre le passage d'un hélicoptère. Guette t-il un poisson ou bien se mire t-il ? Un moment d'éternité, le mot est juste.