Bien dégagé derrière les oreilles

Publié le par Arpenteur

J’aime parce que je peux mettre une jolie pèlerine L’Oréal. Je le vaux bien. 

J’aime parce que je peux coincer ma nuque comme dans une guillotine et me faire doucher à l’eau glacée ou bouillante. « Ca va la température ? ». 

J’aime parce que je peux rester penché en arrière, couvert de shampoing pendant qu’elle passe 5 minutes à parler choucroute avec sa mère au téléphone. Ca me coule dans le cou. 

J’aime parce que je peux traverser le salon avec une cape qui m’étrangle et m’asseoir devant un grand miroir qui me rappelle combien j’ai l’air con. Sous le regard des passants puisque évidemment je suis en vitrine. 

J’aime parce que je peux faire semblant d’écouter les banalités dont on m’abreuve les oreilles tout en les dégageant. 

J’aime parce que je peux essayer d’avoir l’air viril en retenant mes larmes quand on tire sur les petits cheveux qui sont directement liés aux glandes lacrymales. 

J’aime parce que je peux lire des magazines « people » à toute vitesse en faisant semblant de ne pas m’y intéresser, comme vous. 

J’aime parce qu’on me demande mon avis sur le brushing de ma voisine quand elle a fini, alors que je m’en fous comme du dernier bouton d’acné de Miss Suisse. 

J’aime parce qu’on s’extasie sur mes cheveux blancs qui progressent plus vite que le H5N1. D’ici qu’on me propose une teinture. 

J’aime parce qu’on essaye de m’enlever les cheveux que j’ai dans le cou avec une brosse, alors qu’il me faudrait un kärcher. 

J’aime parce qu’on me dit : « vaut mieux que ça pousse vite que d’être chauve », oui surtout pour ta caisse. 

J’aime parce qu’on me montre l’arrière de mon crâne avec un miroir. Ben oui, je le vois jamais sinon, et il me manque un peu parfois. 

J’aime parce qu’en sortant ça se voit, et qu’à coup sûr quelqu’un va me dire : «  mais tu es tout beau dis donc ». Pourquoi, avant j’étais moche ? 

J’aime pas aller chez le coiffeur, en fait. 

C’est une coiffeuse en plus. 

« Humeur » capillaire, par Arpenteur, perruquier depuis 1971

Publié dans Humeur

Commenter cet article

Elle est à Part 08/08/2011 13:03



J'ai une longue histoire avec les coiffeurs (pas forcément bonne d'ailleurs..) Nos relations sont conflictuelles. Je suis en train de tester tous les salons de ma ville (et il y en a !) pour
trouver le bon. Mais je m'épuise. Depuis peu, je suis souvent titillée, à la moindre tentative de parole de la part du tondeur (un truc sur le temps, ou pire, de la qualité (ou de l'absence de
qualité) de mes cheveux - mais j'en sais rien moi, c'est pas mon métier !!) de lui asséner un bon "Mais sinon, ça vous emmerde pas de dire des banalités toute la journée ? "


Mais je me retiens. Et maintenant, mes cheveux poussent. 



Marie 07/02/2009 17:17

Voici qui est intéressant ! c'est vrai, quand un homme entre dans un salon mixte, le silence se fait, le temps que ces dames calculent et puis, en fonction de la fine analyse, les conversations reprennent ... et pendant ce temps là le pauvre mec cogite. Maintenant je sais à quoi ils pensent.

MarcelD 12/12/2006 12:06

bon, je me tape la série coup de gueule !
tu as tout bon pour la séance. Le truc pour avoir la paix. Lui faire comprendre que tu es sourd. Et hop emballé c'est pesé, tu es peinard avec ton reflet dans le miroir. Mais faire gaffe quand même, la dernière fois, choucroute bleue hurle à la coiffeuse - "mais parler lui dasn le miroir, il sait lire sur les lèvres"
Et pan un coup de pelle dans ta tronche !!!

bakemono 29/11/2006 10:52

Desproges a aussi crié son amour des coiffeurs.

Byalpel 06/04/2006 18:12

Pour ma part, j'adoooooore les coiffeuses. Je les sélectionne sur trois critères :- fermage de gueule intensif durant toute la séance de capillicutting (on entend le silence voler)- massage tendre à la limite de l'érotisme durant le shampooing- utilisation réduite de la tondeuse, qui a tué le métier de coiffeur et renforcé celui de jardinierD'accord avec le commentaire précédent : j'ai quand même une gueule de gros naze en sortant.