Le temps flou

Publié le par Arpenteur

Trois ans, 165 billets, 123'530 visiteurs égarés… 1096 jours… C’est long.

Et pourtant…

En trois ans, beaucoup d’eau coule sous les ponts dit-on…

Vraiment ?

Ca commence toujours par ruisseau plein de fraîcheur jailli d’un glacier sous un ciel limpide. Il s’en échappe d’abord doucement, goutte à goutte. Rapidement, il prend de l’assurance. Un peu trop vite sans doute. Il sautille de rocher en rocher en riant. Insouciant, le torrent se met à dévaler la montagne avec fracas, à traverser ses alpages, plein d’un espoir légitime.

C’est clair comme de l’eau de roche : il deviendra rivière. Il varie ses centres d’intérêts, s’ouvre, élargit son point de vue, passe des rapides, ondule paresseusement dans des forêts, baigne de tendres clairières, saute de façon un peu trop intrépide quelques mètres plus bas, juste pour impressionner ceux qui le regardent. Puis il s’assagit un peu, comme étourdi par sa propre inconscience.

Sur ses rives, la rivière rit des groupes d’amis venus pique-niquer qui goûtent leurs premières bières en crânant. Elle couve des amoureux qui se baladent main dans la main et qui s’embrassent à l’ombre d’un saule. Elle surveille des familles qui regardent avec fierté le petit dernier faire ses premiers tours de roue sur sa digue bien droite, et l’aîné qui s’essaie à faire des ricochets sur sa surface lisse.

Elle bombe le torse avec raison, elle y est presque. Elle va devenir un fleuve, large et vigoureux. Indifférent. Traçant sa route avec détermination, sûr de son importance et de son succès. Dans quelques temps, il atteindra la mer, avec un calme et une sérénité qui ne feront que masquer sa puissance.

Cette force qu’il a puisée dans tous ces rochers qui l’ont griffé et ces paysages qu’il a traversés. Cette sérénité apprise de toutes ces pierres qu’on lui a lancées, et de ces corps qui s’y sont timidement baignés…

Et imperceptiblement, il finira par s’endormir sur une plage orangée d’un soleil qui s’y noie… Libre…

Mais si on reste sur le pont, à regarder passer l’eau… le bondissant torrent de montagne risque bien de venir s’endormir dans un étang trouble, duquel jaillissent de temps à autres des rêves de voyages réalisés, des sourires partagés, ou quelques virgules… comme des nénuphars qui égaient de rose une mare saumâtre au printemps…

Et trois ans plus tard, l’étang n’a pas changé.

De temps en temps une goutte de pluie triste comme une larme amie ou un papillon fragile comme un rire d’enfant en troublent brièvement la surface.

Mais son eau est toujours tiède, et l’on y voit plus grand chose. Flou. Ses rives restent identiques, indéfinies mais stables… A la fois boueuses et paisibles, bourbeuses, gluantes, mais pleines de vie…

Comment faire pour y créer une vague, un raz-de marée, en voir le fond, sous la beauté pure d’un ciel après une bouleversante tempête.

Une pierre très grosse, une de celles qu’on ne peut jeter qu’à deux… ?

« Virgule » tri-anniversaire, par arpenteur, hydrologue depuis 1971
(c)photo arpenteur2006 - Canada
(c)photo arpenteur2004 - Islande

Publié dans Virgules

Commenter cet article

babi 22/02/2009 11:32

Jolie métaphore :)

Arpenteur 24/02/2009 18:05


;) merci


louis 22/02/2009 10:14

Un peu mélancolique ça sent le découragement, non ? Pourtant, si tu avais aussi peu de visites que certains blogs !!!

Maca'dame 21/02/2009 16:08

Je te mets illico presto dans mes favoris. J'adooore !

Arpenteur 24/02/2009 18:05


quel enthousiasme... je suis flatté.
bienvenue


Julien 21/02/2009 09:20

Bon anniversaire! C'est toujours un plaisir de venir ici!

lidia 19/02/2009 10:50

Quelle magnifique métaphore, on n'oserait jamais un jeter un pavé.Un étang, c'est mieux qu'une flaque ou un désert.