Couper les L

Publié le par Arpenteur

<< est des <nvent<<ns d<nt << fa<t << serv<r <<<r en <ar<er et d<nt < <<<<rtance n<<s echa<<e tant e<<es n<<s se<b<ent ev<dentes Et <ar c<nséq<e<t <e<r <nve<teur s<<bre da<s < <<bl< et <e<rt se<< et <a<vre da<s <n can<vea< et <<e f<aq<e de <erde <es s<h<ncters re<aches a<gr< <a<s f<er d< trava<< acc<<<<<.

Ooooops… Désolé… je reprends…

Il est des inventions dont il faut se servir pour en parler, et dont l’importance nous échappe, tant elles nous semblent évidentes.

Et pourtant, leur inventeur sombre dans l’oubli et meurt seul et pauvre dans un caniveau et une flaque de merde, les sphincters relâchés et la conscience tranquille, aigri, mais fier du travail accompli.

C’est ce qui est arrivé à Olga-Xiao Hjàlmardòttir. Elle était née un matin de février au son d’un mélodieux : « aaargh putaaiiiiiiiiiiin…meeeerde ca fait mal…saloooooooope…. » chantonné par sa mère, qui s’inquiétait surtout du fait qu’elle allait arriver en retard à son boulot et qu’elle n’aurait pas le temps de se laver les cheveux. A l’image de ce premier jour, l’enfance d’Olga-Xiao se passa dans la joie, la bonne humeur, et le hall d’entrée de son immeuble au 1 Ruelle du Numéro-un à Ayent. Elle était très douée en classe, particulièrement en écriture, et décida de ce fait d’entamer une carrière de docker (le poste de baptiseur de rue étant déjà pris).

Elle suivit des cours par correspondance, et en juin, vers 9h40, elle reçut son diplôme de docker de l’Institut Steevy Dulooffft, mention « trop bonne ». Elle alla le montrer avec fierté à sa charcutière, puisque sa mère était morte depuis 14 ans et 8 mois, et qu’Olga-Xiao était totalement seule. Et un peu moche aussi.

Elle était heureuse : elle allait enfin pouvoir se faire des amis à son travail. Mais trouver une place de docker dans une station de moyenne montagne des alpes suisses n’était pas chose facile à l’époque. Loin de se laisser abattre, elle prit son courage à deux mains, une paire de gants, et une pelle, et décida de créer un port de commerce dans son village natal. Mais vu le peu de soutien des autorités et de la population, et devant l’ampleur de la tâche, elle dut se résoudre à abandonner son rêve…

Et c’est un soir de mélancolie où elle regardait une flaque de pluie derrière la buvette du stade municipal Yannick Noah, rêvant de mers exotiques, de marins au long cours, de ports lointains et de bars à putes, que lui vint son idée.

Ce qui l’avait amenée à réussir une si belle carrière de docker (elle était d’ailleurs la seule du pays à être titulaire de ce diplôme) c’était son goût pour l’écriture et les lettres. Elle se revoyait calligraphiant avec soin des « M », des « K », et même des « O », et parfois, quand elle était en forme, des « £ »…

Et l’idée lui apparut alors comme une évidence. Mais le problème de son invention, fut justement son évidence. A tel point que personne ne la crut quand elle la présenta au Salon des Trouvailles de Choëx-sur-Monthey-d’En-bas. Tout le monde disait que cela avait toujours existé, comme le nez au milieu de la figure, facebook, les chats, ou encore la connerie humaine.

Son invention se répandit dans le monde entier avec la rapidité d’une rumeur sur les faux seins de Rachida Dati dont la facture est passée en notes de frais du ministère (ah bon ? vous ne saviez pas ? Ben si.). Et Olga-Xiao a regardé son rêve lui échapper, comme elle avait dû déjà laisser sa carrière de docker sur le quai…

C’en était trop. Elle sombra avec gloutonnerie dans le désespoir autodestructeur et l’addiction au Chocapic light.

Un soir elle s’allongea près d’une mer de pluie dans le caniveau, et se coupa la main droite avec un « H » imprimé en gras 26 points Comic sans MS. Ca lui prit beaucoup de temps et elle mourut d’épuisement. Personne ne remarqua sa disparition qui passa comme une lettre à la poste.

Pourtant grâce à elle, la lecture est devenue un plaisir, on peut entrer ou effacer, la ponctuation est incontournable, et les virgules existent…

Olga-Xiao Hjàlmardòttir avait inventé la moitié droite du clavier… << sera<t b<e< q<’e<<e <e s<<t <as t<ta<eme<t <<b<<ee.

« Virgule » de droite par arpenteur, calligraphe depuis 1971
(c)photo arpenteur2008 - Lisbonne, Portugal

Publié dans Virgules

Commenter cet article

maca'dame 08/04/2009 09:10

Je t'invite à passer sur mon nouveau blog :http://pampelune.wordpress.com/ 

Joker 04/04/2009 01:06

Je me disais bien qu'unquidam croisé chez Dieu était qq'un de bien, c'est confirmé. Si t'as une paire d'yeux de rechange, je prends, j'ai perdu les miens à lire les commentaires ( mais non je râle pas ).

louise 31/03/2009 15:42

pour la fondue au fromage, je ne sais pas mais pour le fil à couper le beurre, je sais que ce n'est pas moi ; c'est déjà pas mal.

Arpenteur 31/03/2009 21:21


Et le fil à couper l'eau chaude...?


madame de K 30/03/2009 19:01

C'est vil, c'est moche de profiter de la charmante naïveté de tes lecteurs pour essayer de leur faire gober n'importe quoi !Tu voudrais nous faire croire que cette suissesse au nom imprononçable aurait inventé la moitié droite du clavier sans inventer la moitié gauche aussi ! ?...Comme si on avait pu inventer le fil à couper le beurre avant le beurre, ou le pavé avant le CRS ! Comme si on avait inventé Laurel et pas Hardy !

Arpenteur 31/03/2009 11:36


Oui, car la moitié gauche avait été inventée depuis longtemps. Mais par contre, les archéologues n'ont pas encore pu déterminer l'auteur de cette invention. Tout comme personne ne sait qui a
inventé le chifoumi, ou la fondue au fromage...


Oïnkari 29/03/2009 17:37

Rendons donc hommage à cette Islandaise expatriée en Suisse. Déjà, démarrer dans la vie en naissant en Suisse, trop dur ......Mourir d'épuisement après s'être coupé la main avec un H, vraiment, quel destin, les mots me manquent. Seul le silence prévaut ....Donc j'offre à cette bienfaitrice de l'humanité, dont je vous remercie d'avoir porté à notre connaissance l'existence et la mort, une minute de silence...................................................................................................................................................................Et j'essuie une larme, ben oui, je suis sentimentale ! 

Arpenteur 31/03/2009 11:33


Merci pour ce vibrant hommage à cette bienfaitrice de l'informatique...
Et pour ta visite.
Bienvenue