Les boules...

Publié le par Arpenteur

Ayant suivi une formation de police scientifique avec les Experts de Biolley Magnou, N.C.I.S (Nous Cherchons des Indices Sérieusement), l’arrière-arrière petit-fils de Derrick, l’Inspecteur Gadget, et la Police Municipale de chez moi, une enquête de voisinage pointue comme les textes d’Hélène Ségara m’a permis de découvrir ce qui se tramait.

Déjà, quand je me suis rendu, forcé, contraint et quasiment sous la menace, dans le centre culturel commercial le plus en vue de la région (si, si, quand elle reçoit des gens de l’étranger, ma belle-mère, c’est ça qu’elle leur fait visiter…), je me suis dit : c’est louche. Et j’avais raison, surtout que j’étais au rayon articles de cuisine. Mais quand j’ai creusé plus avant (avec une louche c’est facile de creuser en plus), je me suis retrouvé près de la parfumerie, devant laquelle s’étalaient toutes sortes de petits cartons préparés avec un joli noeud dans un coin, préemballés, mais pas trop pour qu’on voie encore ce qu’il y a dedans, avec un parfum, un gel douche, et un truc qui sent bon pour poser sur le lavabo. Petits paquets prémâchés qu’on ne voit jamais normalement. Chaque marque en avait fait un, c’est un joli mélange, je crois qu’on appelle ça un pot-pourri, non ?

Plus loin, j’ai découvert une forteresse faite de livres empilés. Des gros livres avec beaucoup de photos, qui doivent être caché dans une cave le reste de l’année. Par exemple : « Petit chats kro meugnons », ou « Trains avec des rails en fer dessous partout dans le monde », ou alors « Cordonnerie à l’ancienne, images et atmosphère » (manque que les odeurs), ou « Nains de jardin et fontaines de salon ». Tout près de là, sur une autre table surmontée d’un gros nœud rouge, une montagne DVD : le single best-of des 4 premiers éliminés de la Starac 2, compilations des meilleurs clips d’Yvette Horner, la saison 1 de Desperate friends lost in the city break, et le double CD du dernier concert du Chœur mixte de Martolet-sous-Val.

Près de la caisse, une série de cartons allongés, joliment empilés, avec dessus une photo de forêt qu’on dirait prise dans la vraie nature sur laquelle trône fièrement la pancarte : « Sapin facile à monter, difficilement (!) inflammable, 9.95 ». A voir la foule, chacun devait rester bloqué suffisamment longtemps à la caisse pour apprendre un dictionnaire Afrikaans-Khirghize en entier, et repartir avec son sapin pliable…

Là, je me suis dis : mon petit papa père, tu es sur la bonne piste.

Tout fier de ces premières constatations, je suis ressorti.

La nuit était tombée. La fontaine du centre ville avait disparu, sous une cascade de lumières bleutées. Arrivé dans mon quartier, après avoir contourné la maison du directeur du centre commercial dont il était question plus haut, qui devait se frotter les mains avec une allégresse sonnante et trébuchante, j’ai vu que la maison de l’autre voisin, un peu plus bas, avait également disparu. Quasiment entièrement recouverte de milliers de petites ampoules disposées de façon tout à fait aléatoire, elle diffuse un tel halo de lumière que je n’ai presque plus besoin d’allumer dans mon salon. Mon préféré d’ailleurs, c’est ce petit bonhomme rouge et blanc translucide, éclairé de l’intérieur, qui essaie de tirer son gros cul en haut sur le balcon, mais qui semble coincé par les bacs de géraniums. Dire que j’ai rendu mon fusil militaire… Quel con…

Quand le lendemain matin, j’ai vu mon autre voisin installer consciencieusement un renne et son traîneau en petites loupiotes jaunes, qui allaient se joindre à toutes les autres pour faire tripler la consommation électrique de la région et contribuer avec talent au réchauffement de la planète, là je me suis dit que j’étais vraiment sur la bonne piste.

C’est bientôt Noël, non ?

« Humeur » hivernale, par Arpenteur, caisse-enregistreuse depuis 1971

(c)photo arpenteur2004

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cassandre 16/12/2006 21:36

Les Hommes font de grands feux (ou plus petits mais clignotants) aux solstices d'hiver pour lutter contre les ténèbres (qui sont quand même très inquiètantes!). Ils ont très peur de ces périodes sombres durant lesquelles les jours durent moins longtemps et se gavent, pour compenser, de chocolats, de dindes et de jouets, mais en même temps, ils savent que le soleil va revenir pour réchauffer le sol et les plantes... Courage, le printemps reviendra!

CA 16/12/2006 09:46

Ouh là là ! Ca fait 15 jours que j'évite ces grands machins... Entendre pendant 2 heures le "Petit papa Noël" du Tino, "Mon beau sapin etc..." et autres du genre "Vive le vent...", je trouverais ma punition moins sévère d'être enfermé une semaine avec la collection complète de Céline Dion...Cordialement et bon courage quand même...

STV. 16/12/2006 09:09

Les "Jingles balls" ça s'appelle.

TT02 15/12/2006 19:59

Ah ouai là mon gars, c'est les boules...

MarcelD 15/12/2006 18:26

Ici Paris, MarcelD parle à Arpenteur Inspecteur, les carottes sont cuites. Je répète : les carottes sont cuites.