Notice de montage

Publié le par Arpenteur

Alors, j’ai ma liste, mon sac à main, les clés. Ah oui, il faut vite que je mesure encore le mur de la chambre du fond. Et lui qui est déjà à attendre dans la voiture. C’est dingue ça, à peine je dis « on y va » qu’il est déjà prêt et dehors. Et là il va attendre et s’énerver. Qu’est ce que je mets comme chaussures ? Ca commence bien.

Mais elle fout quoi bordel ! Elle dit qu’elle est prête et qu’on y va, et il lui faut encore une heure pour sortir de la maison. On va arriver trop tard, et ce sera bondé. C’est toujours bondé de toute façon. Non mais qu’est-ce qui m’a pris de dire oui quand elle m’a proposé de l’accompagner à IKEA.

Maintenant c’est sûr qu’il va gueuler parce qu’il n’y a pas de place de parc, alors qu’on en trouve toujours une. C’est vrai que le parking est toujours bien rempli, mais des places, il y en a. Déjà qu’il n’a quasiment pas dit un mot de tout le trajet, sauf pour s’énerver contre ces abrutis à 100 sur la voie de dépassement. J’ai beau lui dire que c’est samedi, qu’on est en congé, et qu’il ne sert à rien de s’énerver, rien n’y fait.

Evidemment il faut faire la queue déjà pour entrer dans le parking. A croire que tout le pays vient passer ses samedis chez le roi du meuble en kit. Ah, ça y est une place. Ce n’est pas trop tôt, après 12 tours. Super comme journée de congé. Personne n’a mieux à faire on dirait. Bon faut dire que la météo pourrie est favorable à ce genre de choses, mais on n’est évidemment pas les seuls à y penser.

Combien va-t-il prendre de hot-dogs aujourd’hui ? A chaque fois il fait le coup : « un petit hot dog pour me donner du courage ». Bonjour l’ambiance. Et là c’est moi qui attends, mais je ne vais rien dire. Laissons-le tranquille un moment… C’est vraiment sympa cette garderie avec les boules. Oh comme il est mignon le petit garçon là. Je veux le même, mais faudrait que le bouffeur de hot-dog arrête de tirer la gueule pour que j’aie envie de lui prêter mon ventre. Enfin, ça ira mieux quand on sortira.

Allez courage. En avant. Si au moins c’était un peu l’aventure de parcourir les rayons. Mais non. C’est si bien balisé qu’un aveugle cul de jatte avec les yeux bandés, et les mains liées dans le dos ne s’y perdrait pas par une nuit sans lune. On passe devant chaque meuble et le moindre petit bibelot, mais c’est couru d’avance, on va devoir revenir en arrière car elle aura oublié tel ou tel petit machin.

Ah voilà, c’est ça. Alors, voyons voir la longueur. 1m25. Oui, ce serait parfait Je vais lui demander ce qu’il en pense, mais je connais déjà la réponse « Oui c’est sympa. Si tu penses que ça peut aller, je n’ai rien contre »… Bingo, exactement ça au mot près. Je m’en fous, ça me plaît, on l’achète.

Ok alors je vais essayer de rempir la petite fiche, avec un de leurs crayons pour lilliputiens qui font partie du matériel de base à l’université Mimie Mathy de Pygméeland, et je vais rédiger l’acte de naissance de cette commode. C’est fou les noms qu’ils trouvent. Ce sont probablement des anciens candidats des chiffres et des lettres polonais fétichistes des consonnes qui les inventent.

Ok, un petit coup d’œil sur la fiche, histoire de vérifier qu’il a bien noté la référence. Parfait, comme quoi quand il veut. Je vais le remercier et le féliciter, ça va l’adoucir un peu. Ca y est, il sourit. Yeeees… Allons un bout plus loin, maintenant que c’est fait. Ces petits exemples d’appartements totalement aménagés sont vraiment sympas. Ils ont des idées géniales, je trouve, et cette chambre d’enfant, c’est trop mignon.

C’est marrant ces 50m2 dans lesquels ils arrivent à fourrer autant de trucs. Un vrai labyrinthe. Ca me donne des idées ça. Ce serait sympa et piquant de profiter d’un moment d’isolement pour s’embrasser et se tripoter un peu ici au fond. Mais bon apparemment, ce vase l’intéresse plus que mon corps de rêve. C’est vrai que je ne suis pas très jovial quand on vient ici. Mais il y a tellement de monde. Allez, je vais essayer d’être sympa.

Ah, le rayon cuisine. J’adore tous ces accessoires. C’est à la fois si simple, si pratique et si design. Dommage qu’on trouve ça chez tout le monde, mais ce n’est pas étonnant quand on voit la foule qu’il y a. Enfin, je ne vais pas trop traîner, on a trouvé ce que je voulais, je vais abréger son calvaire.

On croise toujours les mêmes personnes chez Ingvar. Entre autres, tu as la fille avec sa mère, toute folle de cette nouvelle complicité, qui glousse en chuchotant à voix haute que « c’est peut-être sur ce canapé que vous allez nous le faire ce petit », en oubliant pas de préciser l’air de rien à l’adresse du vendeur que sa fille se marie dans quinze jours avec un chirurgien. Il y a aussi les deux copines avec des bébés trop petits pour aller dans les boules et qu’elles n’auraient de toute façon pas laissés à des inconnues, qui poussent lentement leur caddie, comme si elle se promenaient dans un parc, en parlant de leurs enfants et des lacunes de leurs maris, sans trop s’intéresser aux articles. Et plein d’autres hommes, grâce auxquels, si je regarde bien autour de moi, je me sens moins seul, faut avouer. Pourquoi la plupart des mecs n’arrivent pas à se sentir concernés dans ce genre d’endroits ?

Alors, rayon B5. Voilà. Bien vérifier les références, la couleur. Ok, c’est bon. Et maintenant va falloir affronter les caisses, mais ça va aller, il me semble qu’il commence à se détendre. Il sent l’odeur de l’écurie comme on dit. Je vais évidemment encore avoir droit à une étude scientifique sur la loi de Murphy pour me démontrer que ce n’est vraiment pas son jour de chance, et que nous n’aurons aucune chance d’éviter la queue la plus longue.

Enfin les caisses. Va falloir ruser pour trouver la plus rapide, et ensuite, loin ! Départ.  Maison. Mais on n’y est pas encore. Il faut choisir la bonne caisse, et je suis sûr qu’elle va trouver quelque chose, parmi les petites babioles devant lesquelles ils nous font toujours passer.

Il est vraiment joli ce bougeoir. Allez, pour le prix je le prends. Surtout que ce n’est pas demain la veille qu’on va revenir apparemment.

Ca y est, dehors ! Jamais je n’ai été aussi content de voir un parking. Maintenant il n’y a plus qu’à rentrer, à essayer de monter cette commode, à recommencer 43 fois en essayant de montrer que « non, je ne suis pas énervé, et ça me fait plaisir de t’aider, mais si, bien sûr que j’arrive à le faire tout seul, laisse moi tranquille maintenant », se retrouver à la fin avec des pièces en trop, se demander à quoi elles peuvent bien servir, surtout la grosse là, et finalement les jeter avec l’emballage, puisque apparemment ça tient. Faudra surtout éviter qu’elle le voit, c’est tout. Et je finirai avec quelques pansements qui me rappelleront à quel point mon frère avait raison le jour où il m’avait conseillé de faire carrière comme mannequin chez Merfen(R).

Finalement, ça n’a pas été trop mal. A la maison je le laisserai construire la commode, ça lui fera plaisir. Et puis, je vais lui dire qu’il a été chou, qu’il est excitant quand il bricole, ça ne coûte rien… Et peut-être qu’on reviendra du coup…

« Virgule» en kit, par Arpenteur, monteur-livreur depuis 1971

(c)photo arpenteur2006

Joyeux anniversaire à l'arpenteuse à qui je dédie ce billet ikéesque...

Publié dans Virgules

Commenter cet article

CarrieB 09/03/2007 14:06

Encore une fois très bien vu, mais dans mon cas c'est plutôt l'inverse puisque monsieur est chargé d'affaires dans l'ameubleemnt design...c'est moi qui en ai marre de tout ce qui peut ressembler à un meuble maintenant!

m@ud 08/03/2007 13:26

Zut moi j'aime pas Ikéa et quand j'y vais c'est pour deux choses : en repartir le plus vite possible et manger un hot-dog. Serais je un homme à l'intérieur de moi même ?

m@ud 08/03/2007 13:26

Zut moi j'aime pas Ikéa et quand j'y vais c'est pour deux choses : en repartir le plus vite possible et manger un hot-dog. Serais je un homme à l'intérieur de moi même ?

Byalpel 08/03/2007 03:44

moi j'aime pas ikea on n'y voit que des mecs ronchons...bon anniv à vot dame.(y'a du ikea en suisse ?)

Sugus 04/03/2007 21:59

Plus vrai que vrai! Tu nous régales l'arpenteur :-)