C'est "off"

Publié le par Arpenteur

Rideau. Ca y est, ça devait arriver un jour. Je baisse le rideau de fer. Je tire une révérende, ce qui ne veut pas dire que je rentre dans les ordres. Je pose les plaques. Je rends mon tablier « Charlie Brown tout nu ». Je me déclare fort fait mais je commande quand même un dernier calice, jusqu’à la lie. Je proclame la fin des haricots. Je me cartonne de rouge, et je rentre au vestiaire, sans même un regard pour cette coupe tant convoitée. Du rouleau je vois le bout. Je jette l’éponge, et l’eau du bain. Je me défile à l’anglaise. J’arrête mon char Ben-Hur, en queue de poisson, dans un nuage de poudre d’escampette.

Terminus tout le monde descend.

Stop, feu rouge, et « cliquer sur démarrer pour arrêter ».

Là, normalement la foule en délire se met à hurler. Les hommes tombent des nues et les femmes en pamoison, même si l’inverse serait pas mal. C*NN ouvre ses *breaking-news* avec un logo qui fait peur comme une histoire d’ogre quand on a quatre ans. Partout les gens de l’internet mondial, et quelques autres aussi, dont un plastifieur ambulant, supplient : « Non arpenteur ! Ne pars pas, reste, s’il te plaît, on sera gentils, on te versera des millions tous les mois pour que ta vie soit faite d’amour, de femme brune, de bières blondes, de soleil, d’amis, de chocolat, d’eau fraîche, d’une intelligence supérieure dans un corps de rêve, de voyages, et d’écriture de temps en temps mais pas trop». Certains sautent sans hésiter de leur chaise comme ça, d’un coup d’un seul pour s’écraser platement sur le parquet de leur salon, et d’autres se mettent à écouter des disques d’Hélène Ségara en boucle. Le désespoir est absolu, intense et d’un magnifique camaïeu de bleu. Et c’est là que l’arpenteur, se lève, beau comme un Johnny Depp déguisé en Dieu grec, et juste, d’un geste auguste, il apaise la foule. Le silence s’installe. Seul le claquement des dents de ces millions de personnes, rythme cette angoisse insoutenable, cette extatique douleur. Quelques sanglots étouffés s’échappent, et certains gros malhonnêtes reniflent ostensiblement. Ca embaume la sueur froide. L’arpenteur reprend :

Il est temps. Arrêter. Partir. Loin.

Ca et là des corps s’effondrent sur d’autres, lourds comme des chevals morts. Des femmes arrachent le cœur des enfants à mains nues pour s’en faire des boules quiès, des hommes se coupent le zigouigoui avec la clé de leur 4x4, et se l’enfoncent dans les oreilles. Personne ne veut plus écouter, personne ne peut plus souffrir ce qu’il a entendu. Le ciel s’obscurcit comme s’assombrit le destin funeste du blogomonde. Les nuages s’amoncellent comme des adolescents autour d’un nokia neuf. La voluptueuse et luxuriante voix de l’arpenteur prend à nouveau possession du vide qui semble aspirer le grand Tout, et la foule avec :

Partir c’est mourir un peu, voire beaucoup si l’avion tombe, si les petites bêtes mangent la grosse, ou si on joue à « c’est toi l’otage ».

Je pose mon téléphone, mon ordinateur, ma cravate et mon quotidien.

Je pause ces maux, pour cueillir de nouveaux mots. Je me laisse le temps de découvrir très, et trop, brièvement un nouveau continent, et je vous laisse le temps de fouiller les archives pour apaiser votre état de manque. Et prenez le ce temps… Je vais prendre le mien, si rare, si bref.

Ca renifle à tout va, les gens pataugent jusqu’aux cuisses dans un lac de larmes, et on aperçoit près du Boulevard Virgule qui longe le clavier providentiel, un homme jeune et beau, avec tout l’avenir devant lui, dire au revoir à sa fringante épouse monstrement bien gaulée. Après s’être lesté d’une grosse pierre de granit attachée à son cou par une corde raide comme l’est devenue sa vie, il disparaît à jamais dans le flot de larmes glacées. L’arpenteur, miséricordieux, apaise ses ouailles.

Du calme. Je reviendrai bientôt, avec plaisir et envie, lâcher quelques virgules au gré du vent, pour lesquelles vous vous battrez comme des fashion victim un jour de soldes devant le rayon « petite jupe à tomber à 14.95»…

Alors tenez vous correctement, essuyez vous les doigts et le reste, ne mangez pas de chips sur le canapé, et laissez cet endroit comme vous aimeriez le trouver.

La foule soulagée exulte, certains en profitent pour sortir leurs matelas pneumatiques et faire le tour de ce lac de larmes, alimenté maintenant par des torrents de bonheur lacrymal, en chantant à tue-tête le générique de « La croisière s’amuse », tandis que d’autres commencent à se recoudre tant bien que mal le sexe. L’arpenteur conclut d’une phrase qui à n’en pas douter restera printanière et historique :

A plus…

« Virgule » désespérée, par Arpenteur, mégalomane depuis 1971

(c)photo arpenteur2005 - désert de gobi, mongolie

Publié dans Virgules

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie-Laetitia 15/05/2007 16:23

A 14.95 et sans marque, j'bouge meme pas un orteil ... Remarque, même avec marque j'bouge pas non plus ... vu que je mets pas de jupes ... misere de misere un thon poste-t-il sur ton blog ? (suspense) NON MOSSIEU on me traite pas de thon comme ça ! Juste une banlieusarde qu'en a ras le cul de se le faire tripoter dans les transports zen commun surchargés. Bon je m'égare toute seule et c'est pénible cet alzheimer verbeux. J'aime bien ton blog.

Arpenteur 15/05/2007 18:00

merci de ta visite, et ravi d'avoir une nouvelle adepte des virgules.
je passe chez toi dès que j'ai deux minutes, promis...

CarrieB 15/04/2007 23:42

Bah, les blogs ont bien droit à des vacances, et les ordinateurs aussi, déjà qu'ils surchauffent la plupart du temps.
Et nos petits doigt potelés, ils sont bien contents de serrer des vraies gens dans leurs bras et de toucher l'herbe fraichement coupée (ou faire la vaisselle, chacun fait bien ce qu'il veut).
Bref, ce n'est qu'un au revoir mais théâtralement très réussi.

effeuillée 14/04/2007 20:50

Arpenteur bien charpenténe nous laisse pas tomber en charpiesle temps de faire le tour du lac lacrymal avec une bite dans l'oreille et on se capte, d'ac ?

Plum' 12/04/2007 23:27

Heu, une petite précision, s'il te plait !Les hommes, c'est leur zigouigoui ou la clef de leur 4X4 qu'ils s'enfoncent dans l'oreille ? Parce que sur un plan purement esthétique, ce n'est pas tout-à-fait la même chose...Bonnes vacances et reviens vite !

Byalpel 11/04/2007 20:07

ce sont les meilleurs qui partent (rien foutre) les premiers.si c'est pour couvrir les élections françaises que tu quittes ta suisse vénérée, reste à couvert et écris nous de belles notes plutot. Ici c'est du tout cuit, tendance chasse and peach.