Pas seuls sur le sable

Publié le par Arpenteur

Je sais, tu as besoin de moi…

Oui, c’est à toi que je m’adresse, rutilant jeune homme aux tongs fraîchement cirées et aux abdominaux habilement dissimulés derrière un bide à bière, et qui hésite à retourner en chercher une…

Et à toi aussi, chatoyante jeune femme à la chevelure qui le vaut bien, qui pour traverser la plage et aller t’offrir un Magnum Triple Chocolat au petit cabanon « Le Chalet de la Beach », dissimule derrière un fin paréo les ravages des Ferrero Rochers dévorés à la louche tout le printemps devant Grey’s Anatomy…

Voilà 3 jours que vous êtes vautrés sur cette plage luisant comme des otaries, et dégoulinants de sueur comme un Zidane besognant avec application sa femme (il paraît qu’elle est très forte pour respirer sous l’eau d’ailleurs).

Trois jours et vous avez déjà fait le tour des bons plans drague, et des régimes « spécial maillot de bains » qui débordent de tous les magazines.

Trois jours, largement assez pour vous rendre compte que les plans drague c’est du bidon troué, et que les régimes spécial maillot de bain ça ne marche pas, sauf pour faire maigrir le porte-monnaie à coup de « 1 euro ! Numéro spécial été ».

Trois jours, largement assez pour tout savoir des vacances des Pipole sur leur yacht en train de faire du sexe avec des légumes mannequins et des cocktails avec des fruits…

Trois jours pour faire le mot fléché géant spécial plage (y a quand même une paire de ski à gagner), 835 grilles de sudoku niveau « Candeloro », et un « jeu des une erreur » avec une photo de Eve Angeli à la bibliothèque nationale…

Trois jours pour avoir lu les 49 premières pages du livre du moment, celui vendu à Pâques avec la petite bande en papier rouge sur la couverture : « best seller de l’été », pour te rappeler que tu auras l’air trop con si tu ne l’as pas dans ton sac de beach, et t’être juré de ne plus te faire avoir (oui, je sais, désolé, personne ne publie l’arpenteur en format emportable sur la plage, tu n’as qu’à prendre ton ordi aussi espèce de grosse flemme).

Trois jours pour faire un château de sable avec tes pieds, constater que tu n’as aucune chance avec tes voisines du transat de droite parce que tu n’as jamais suivi les cours d’anglais de Mme Bergeronnier, et que les japonais derrière toi doivent probablement rêver de chasse à la baleine chaque fois que tu tentes un mouvement.

Trois jours que, même sans la moindre goutte de sang issu d’une noblesse quelconque, tu te fais royalement chier, à tel point que tu as peur que Stéphane Bern débarque pour t’interviewer en tant que prochain roi de Langweilie Méridionale.

Oui, je sais tes vacances sont pas loin d’être pourries, surtout qu’en plus tu as pris un coup de soleil sur les pieds et que tu détestes avoir du sable dans le slip…

Si seulement il faisait moins chaud, tu pourrais essayer de bouger pour aller te jeter sous le roues de la caravane du Tour de France, voire de celle de Morinet, du service immobilier.

Comment faire alors pour que la suite de tes vacances soit joyeuse comme le nain No 4, chatoyantes comme une tarte aux abricots, et lumineuse comme le regard de Dobbeuliou ?

C’est là que glandeur comme je te connais, à passer tes heures de travail sur les blogs (et comme tu es en vacances la glande est maintenant officielle), tu te mets joliment à compter sur moi, en te disant : « enfin l’arpenteur va m’aider, et tel un G.O. beau comme un revers de Federer, il va illuminer ma journée et m’expliquer comment ne pas me faire chier sur la plage… »

Ben c’est là que tu te goures.

Parce que l’arpenteur, il est parti manger des pastas chez ceux qui sont champions du monde (oups je crois que je viens de jouir), et boire du vin rouge avec des glaçons, en jouant aux cartes à l’ombre des oliviers et pas trop près d’une plage.

Alors si tu comptes sur lui pour égayer tes vacances, je te propose les archives, mais vu que tu es un glandu, ou une glandue, parce que les sexes sont égaux mais emboîtables, je suis sûr que tu vas préférer te baigner.

Dommage, parce que du coup tu manques beaucoup de choses…

La prochaine fois, viens en Suisse, il y a moins de plage…

Et si tu n’as pas de vacances, premièrement tu ferais mieux de bosser plutôt que de traîner sur des blogs d’une telle qualité, et deuxièmement, maintenant tu sais à quoi tu échappes… Ne me remercie pas…

« Virgule » sablonneuse, par Arpenteur, tube de l’été depuis 1971

(c)photo arpenteur2003 - ostende, belgique

Publié dans Virgules

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chriscot 15/08/2007 00:41

Merci à vous pour ce rire de début de nuit!!

chris 08/08/2007 06:15

Magnifique !....très bien vu, très bien dit !!!!
Il m'a semblé que tu passes tes vacances en Italie....évidemment, cela dépend d' où, en Italie.....mais j'aimerais lire tes impressions sur ce pays où j' habite !!!

MarcelD 02/08/2007 16:30

Comment t'as fait pour me suivre sur la plage, je ne t'ai même pas remarqué !!!

STV. 02/08/2007 11:45

Note particulièrement savoureuse. Si si...

Byalpel 01/08/2007 05:35

toujours aussi impec le texte.tant que t'es chez les coups-de-boulés menteurs voleurs et amateurs de pizzas, profites-en pour leur rappeler qu'en France on n'est ni chauvin ni raciste ni rancunier.(j'ai adoré le oups je vais jouir :-)))