Essaye Philipp... *

Publié le par Arpenteur

Je sais, tu es perspicace, et tu as bon goût, vu que tu es ici. Donc cela ne fait aucun doute, tu as remarqué l’évènement historique qui a bouleversé la vie de ce blog : aucun billet pendant 15 jours, alors que l’arpenteur n’est pas parti arpenter quoi que ce soit, si ce n’est le parquet bon marché de son bureau…

Et là, tout fier, je te vois bomber le torse et te dire « je l’savais, j’avais bien vu qu’il se passait quelque chose d’historique ». Inutile d’aller te la péter auprès de tout tes potes, ni de t’inscrire avec la fougue d’un moustique un soir d’été à la première fac d’histoire venue. C’était quand même pas si difficile que ça à trouver.

Que s’est-il passé pendant tout ce temps, te demandes-tu, et tu as bien raison vilain petit curieux/espèce de grosse commère (oui, ce blog est unisexe).

La vie de l’arpenteur serait-elle devenue tellement passionnante qu’il n’a plus de raison de bloguer et qu’il va laisser la blogosphère orpheline du site le plus influent et drôle au nord de la route des cerisiers, pour devenir mannequin chez Liebig ?

Non, c’est simplement que l’inspiration de l’arpenteur est devenue aussi stérile qu’un parpaing de béton congelé dans un bac de désinfectant.

Certes j’aurais pu faire des gogol-liste ce qui m’aurait sans doute informé sur le pourquoi du comment les statistiques sont toujours aussi réjouissantes et stables malgré ce silence. Mais mon hébergeur ne me le permet pas.

J’aurais pu vous présenter la dernière crème anti-ridules-temporales-à-orientation-bidirectionnelle à base d’algues cueillies de la main droite par des filles uniques vierges et gauchères vivant dans la banlieue ouest de Maubeuge, algue dont il est scientifiquement prouvé que 100% de ses consommatrices dépensent de l’argent et ont six autres potions à base de légumes marins dans leur salle de bain. Mais les grandes marques cosmétiques se sont rendues compte que ce blog a du poil aux pattes, et ont renoncé à m’envoyer des cadeaux pour que je leur fasse de la pub à l’œil pour les remercier du fait qu’un jour une de leurs commerciales a parcouru ces pages pendant son temps de travail.

J’aurais aussi pu répondre à une chaîne, ou mieux encore en créer une, qui serait si bien foutue qu’elle ferait plusieurs fois le tour du monde et serait traduite en 249 langues, de telle sorte que personne sur les restes de la planète n’ignorerait que Vassili, un tourneur de bois bouriate récemment divorcé, ne met jamais de parmesan sur son omoul séché et lit en ce moment « Guère de pets » dernier opuscule (ce mot est drôle non ?) de son proctologue, à qui il pense d’ailleurs refiler la chaîne.

Je suis même allé jusqu’à imaginer vous présenter une recette. Mais considérant que lorsque j’entre dans une cuisine, les ingrédients les plus indispensables sont une trousse de secours particulièrement bien fournie, et du matériel de nettoyage industriel plutôt que des produits frais et comestibles à consommer 5 fois par jour, j’ai renoncé, sauvant ainsi la vie aux quelques centaines de personnes qui prennent le risque de s’arrêter ici. Pour commémorer ce fait héroïque, une plaque a d’ailleurs été déposée voilà 18 minutes sur ma maison natale, en présence d’un Conseiller communal, et de Mme Grumelle.

J’ai pensé vous parler d’un film qui m’a fait beaucoup rire, ainsi que toute la salle (ce qui est plutôt bon signe, car je suis un peu trop bon public bon public bon public). Sans hésiter, je considère ce film comme le meilleur long métrage à base de cercueil, de valium, et de nain, de sa génération. Mais comme vous passez votre temps sur les blogs, vous n’irez sans doute jamais au cinéma manger des pop-corn pour faire chier votre voisin, tout en regardant « Death at a funeral » ou « Joyeuses funérailles » pour les anglophobes.

Quoi qu’il en soit, je trouve que j’ai fait un billet très moyen, et que j’ai manqué de réalisme à la conclusion, mais l’important c’est que je me resaisisse, et que lors du prochain post, j’aille chercher les trois points, si je veux que le public soit toujours fidèle. Mais il faut rester concentrer, travailler dur à l’entraînement, et prendre les billets les uns après les autres, et les résultats viendront tous seuls.

« Virgule » vide, par arpenteur, vide depuis 1971

*NB : pour ceux que ne comprennent pas le titre, rien.

(c)photo arpenteur2006 - boston, usa

Publié dans Virgules

Commenter cet article

Madame Poppins 07/10/2007 09:34

Mince, c'est pour ça que vous avez répondu aux questions chez moi ? ;-)))

Je regrette l'analyse et le compte-rendu sur les crèmes, je commence à en avoir, non des crèmes mais des rides... Supposant qu'elles sont aussi efficaces que celles dont je tartine mes cuisses, je me dis que j'ai gagné du temps à ne pas les essayer, vous à ne pas en vanter les mérites !

Bref, merci d'être revenu et n'oubliez pas de le faire souvent (écrire des billets, bien sûr, esprit lubrique !).

Bonne journée,

LinaLoca 03/10/2007 19:44

Pas mieux...M'enfin toi au moins, t'en fait un truc hein... ;-))
Et sinon ça te dirait qu'on se mette à la couture?

Plum' 03/10/2007 14:55

Faute avouée, à moitié pardonnée...
Quant à l'autre moitié, on en reparlera, hein ! "Petit curieux et grosse commère", faudra t'expliquer, là !

Halio 02/10/2007 13:30

Tu fais chier l'arpenteur ! T'es bon même quand tu dis rien.... (lol))

karaz 02/10/2007 10:19

Bon alors avant tout : non je ne suis pas grosse. Et non je ne suis pas vilaine.Commère ça dépend des fois.Et toi, t'es compère ?