La balle au pied américaine

Publié le par Arpenteur

Comme c’est la fin janvier, et que je ne t’ai pas encore parlé de la glorieuse incertitude du sport cette année, je me dois de te rendre attentif à un truc dont tu n’as rien à cirer, mais qui rend malade 300 millions d’américains chaque année, et ce n’est pas à cause d’un burger au rat.

Le Superbowl.
La finale mondiale de football américain… Bolchi2-064.jpg

La preuve que c’est vraiment encore plus important qu’un épisode de Lost qui peut faire déplacer un discours du Président? Il te suffit de savoir que pendant la semaine précédent le Superbowl, les américains dépensent en achat de bière 18 millions de dollars de plus que pendant une semaine ordinaire…

Et puis surtout, les Superbowl sont numérotés en chiffres romains. C’est dire si c’est vraiment historique comme événement.

Cette année, en 2010, c’est le Superbowl XLIV (44 pour ceux qui lisent l’arabe)… Ca veut dire que c’est une compétition ancestrale qui dure depuis 1967… Ca en jette non ?

Ces précisions historiques étant faites, je te vois en train de piaffer d’impatience en te disant : putain, il fait long le livreur de pizzas, en plus si tu savais comme je m’en fous du football américain, j’ai jamais rien compris…

Alors, comme le web est une formidable source de culture (oui, je sais dans culture il y a –ture), je commencerai par te dire que le football américain se joue avec les mains comme son nom ne l’indique pas. Thierry Henry n’y joue pourtant pas, les italiens non plus… Doivent être nuls en langues étrangères. (Si toi aussi tu te demandes pourquoi cela s’appelle football, arrête tout de suite de te poser des questions à la con, cherche pas à comprendre, c’est américain on t’a dit).

Le football américain (prononcez aemeu’wikane foutebole) c’est comme le rugby : ça se joue avec de l’herbe en dessous, un ballon ovale, et à la place du scotch autour de la tête, les joueurs mettent un casque.

Le but du football américain n’est vraiment pas original, puisqu’il s’agit de gagner le match, pour pouvoir verser un énorme baril estampillé Gatorade et rempli de glace sur la tête de ton entraîneur.

Pour gagner, il y a un moyen très simple, et ma foi fort répandu dans le sport : marquer plus de points que l'adversaire.

Des points normaux, pas des points de suture, sinon ce serait de la boxe.

Pour marquer des points, il faut courir jusqu’au fond du terrain sans te faire attraper par des monstres casqués de plusieurs centaines de kilos chacun qui forment un barrage de chair et de plastic renforcé devant toi.

Le joueur le plus maigre a quatre essais pour franchir 10 yards (c’est des mètres américains, en fait des mètres en plus petit, comme quoi tout ce qui est américain n’est pas forcément plus gros) à travers la défense adverse.

S’il réussi, il peut tenter une nouvelle fois sa chance pour 10 yards de plus. Tous ses copains sont content, et lui tapent sur le casque. Puis il y a une pause publicitaire.
S’il rate et qu’on retrouve ses restes, il finit à l’hôpital où le docteur Shepard déclarera son décès après la publicité. Et c’est le maigrelet de l’autre équipe qui peut tenter sa chance.

Si par miracle le joueur arrive au bout du terrain (10 fois 10 yards) et marque un point (en fait 6), il sera tellement content d’avoir survécu qu’il tortiellera un peu son cul moulé dans un collant en lycra brillant, et lancera le ballon entre ses jambes… ce qui est terriblement dangereux quand on connaît le caractère facétieux du ballon ovale. Mais le joueur de football américain est trop libre dans sa tête, et il s’en fout. Surtout qu’il a un casque, une coquille, un protège-dent, et plein d’autres trucs qui font croire qu’il est musclé.

Puis c’est la mi-temps.

Il faut savoir que la mi-temps du Superbowl est un événement en soi, et ce pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, tellement de gens vont aux toilettes en même temps qu’il y a d’incroyables problèmes de voirie. On tire la chasse plus souvent pendant la mi-temps du Superbowl qu’à n’importe quel autre moment de l’année.

Mais attention, les téléspectateurs ne vont pas aux toilettes pendant les pubs, mais plutôt pendant les chansons, parce que la plupart des gens regardent le Superbowl pour les pubs… C’est comme si toi tu regardais le match de hornuss Frauenfeld – Altdorf pour la pub sur le cenovis à la mi-temps…

Mais faut dire qu’au Superbowl, les pubs c’est autre chose, puisque les meilleurs créatifs se vrillent les neurones à la cocaïne toute l’année pour pondre la pub dont on se souviendra plus que du nom du vainqueur du match… Et souvent ça marche… Te pose pas de questions, c’est américain, je t’ai dit…
D’ailleurs en 2008, 43% des pubs contenaient des animaux, c’est tellement mignon ça les animaux. Par contre, presque 100% des pubs contiennent de la bière et des chips…

A la fin du match, les joueurs de l’équipe gagnante mettront des casquettes sur lesquelles c’est marqué qu’ils ont gagné le Superbowl XLIV, au cas où les spectateurs seraient encore en train de parler de la pub, et viennent hurler leur joie à 2cm des caméras, tout en pointant leur casquette du doigt… pour que quelqu’un leur explique enfin ce que XLIV veut dire…

« Virgule » casquée, par arpenteur, quarterback depuis 1971

©photo arpenteur2009 - Valparaiso, Chili

Pour quelques exemples de pubs réalisées uniquement pour ce match, va voir ici

Publié dans Virgules

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 06/02/2010 20:27


C'est courageux et réaliste ! Comme je n'aime pas le foot, pas le sport, pas les locqamers, seulement la bière (et les vins suisses quand je peux en trouver) je suis venue décapsuler ! ;-)


bartllebooth 03/02/2010 10:20


petite erreur, c'est quatre tentaives pour parcourir 10 yars et non trois, mais cela ne change pas le sensd de l'article...qui m'a bien fait rire


Arpenteur 03/02/2010 14:13


Autant pour moi... je corrige. Merci de la précision ;)


Joker 02/02/2010 12:14


J'en ai bouffé quelques uns (autour des XXX) et je n'ai jamais pu me faire livrer une pizza à 3h du matin, en France c'est fermé et pour les US je suis hors zone de livraison. Alors j'ai arrêté,
sans le livreur de pizza c'est pas pareil. La description que tu en fais me donne envie de replonger.


Viala 31/01/2010 22:01



Que même si j'étais aussi bon que toi, je ne pourrai pas écrire comme ça sur mon blog.
Les vieux de mon âge, majoritaires dans mon village, ne comprendraient pas.
Mais peut-être qu'un jour j'essayerai.
Bravo.
C'est super!!


louis 31/01/2010 20:35


Errata : ça me fait chier un max !