Pas durable pour un pet...

Publié le par Arpenteur

On va tous mourir.

Et pas de la grippe A, c’est démodé.

On va tous mourir.

Ni de rire, je suis pas le premier à le dire.

photos2009 0269
On va tous mourir.

Demain, probablement en fin de journée, parce qu’après-demain, il sera trop tard.

Apparemment certains ne le savaient pas encore. Alors on l'a dit et redit pendant des jours et des jours à Copenhague, à la télé, dans les journaux gratuits, et au Café du commerce (quoi que là j’ai plutôt entendu des « faut arrêter avec ces conneries »).

On va mourir les yeux fermés et la bouche pleine.

Alors on commencera peut-être à se demander pourquoi on s’en foutait autant quand des milliers d'humains mouraient chaque jour les yeux grand ouverts et le ventre vide.

Les élites nous ont crié dans les oreilles d’ouvrir les yeux, et assourdis par leur propre discours qui avait simplement pour but d’être un peu plus impressionnant que celui du voisin pour être sûr repris dans la presse, ils ont oublié de s’écouter.

Ou d’écouter ceux qu'ils prétendaient avoir entendu…

Et la montagne de papier a accouché d’une souris d’un rat aveugle qui va se repaître encore et encore des débris de notre absurde et frénétique consommation.

Certes il eût été injuste d’imposer à l’Afrique ou aux pays émergent des restrictions que l’on ne s’est jamais appliquées, et qui ont permis ce développement et ce mode de vie qui est devenu le modèle, et qui le restera encore longtemps. Peut-on en vouloir à ces pays d’essayer de nous imiter ? Non !

Et il n’y a pas de raisons qu’ils soient plus malins que nous, ils ont été décérébrés par la même télévision.

Alors que faire… ?

Et si on donnait un autre exemple ? Au quotidien.

J’ai la chance d’avoir assez arpenté la planète pour savoir au fond de mes tripes et de mon cœur qu’elle vaut la peine d’être aidée… à défaut d’être sauvée…

Afin qu’elle puisse au moins nous survivre. Elle le mérite bien plus que nous.

Alors soyons plus malins que nos dirigeants.

Nous sommes plus nombreux. Nous avons le pouvoir. Bien plus qu’eux, même s’ils ont réussi à faire croire le contraire à beaucoup de monde.

Soyons plus malins.

Réagissons. Ré-Agissons. Jour après jour, pas à pas, goutte après goutte.

Et sans se priver. Agir sur le futile, sur ce qui nous est indifférent, sans se priver de ce que l’on aime faire.

Sans dictature. Tout simplement.

Réfléchissons à chacun de nos déplacements, à leur utilité, à d’autres options.

Repensons notre façon de consommer. Le plus local possible, sans se priver, mais choisir avec discernement, quand on a le choix. Et avec le moins d’emballage possible. Je n’invente rien, soyons des consommACTEURS et plus des CONSommateurs.

Et hop, je te file un exemple pour pas une émission de CO2 de plus.

Refuser un seul sac en plastic par semaine et par foyer. Tu sais, ces petits sachets en plastic qu’on nous propose pour tout et n’importe quoi, même lorsqu’on achète un stylo en vrac, une capote ou un tampax, et qu’on utilise pendant au moins 22 minutes avant de le jeter...

Refuser un seul sac, un seul, par foyer et par semaine (c’est rien, on n’est d’accord là-dessus), engendrerait une économie de production (et de déchet) de 1'789'840'000 (1 milliard 789 millions 840 mille) sacs en plastic par année, et ce rien qu’en France (34 420 000 foyers).

Imaginons plus d’un refus par semaine, et au niveau de tous les pays occidentaux… Les chiffres peuvent donner le vertige. Mais dans le bon sens cette fois.

Et ce sans se priver de rien. Parce que le jour où tu en as besoin du sac en plastic, tu le prends, n’hésite pas. Mais quand tu en as déjà trois, et que ta poche suffit pour ranger ton achat, refuse ! Je sais au début ça va être difficile de refuser, tu as l’habitude de te précipiter sur ce qui est gratuit, on t’a éduqué à toujours accepter et remercier quand on te fait un cadeau, même s’il est pourri. Mais tu verras, on s’y fait, et un jour personne ne te regardera plus bizarrement quand tu refuseras, et un jour encore, on cessera de t’en proposer…

Tu veux un autre exemple, de saison et qui noie mon bureau de son évidente inutilité… ?

Les cartes de vœux. Arrête d’en envoyer en fin d’année. D’une part, ça t’emmerde prodigieusement de les écrire, tu n’as pas que ça à foutre toi non plus. Et d’autre part, réfléchis simplement à leur production, leur petites pochettes en plastic, l’enveloppe, l’encre plein de jolies couleurs, le papier, le transport pour les répartir dans le moindre petit magasin, dans chaque centre commercial, puis le transport pour la distribution, souvent des dizaines de kilomètres jusqu’à un centre de tri, pour être déposée le lendemain dans l’immeuble en face de chez toi.
Si tu n’es pas convaincu, pense à combien ça te coûte (achat et timbre), et réfléchis à ce que tu fais de celles que tu reçois… C’est bon, t’as réfléchis ? Ok. Eh bien alors, oui, désolé, mais celles que tu envoies subissent le même sort. Alors arrête. Un geste utile, sans te priver de rien…
Et si vraiment tu ne peux pas supporter l’idée de ne pas en envoyer, fais simplement un e-mail, avec un texte personnalisé, cela fera bien plus plaisir qu’une carte préimprimée. Ah, ah...C’est plus emmerdant ça, hein? de personnaliser... Ben alors te prends pas la tête, et arrête. Tu ne perdras ni clients, ni amis… Je sais, j’ai testé depuis toujours…

Réagis.

Réfléchis.

Et tu trouveras toi-même des dizaines d’autres exemples…

L’océan est fait de gouttes d’eau, et le voyage le plus long commence toujours par un pas.

A chacun de faire le sien.

Sois plus malin que ton dirigeant.

Et surtout, arrête de péter !!

« Humeur » responsable, par arpenteur, nauséeux depuis 1971

©photo arpenteur2008 – Mer d’Aral, Kazakhstan

PS : tu remarqueras que je ne t’ai pas parlé des guirlandes électriques et des rennes en plastic autour des maisons, ni de tes cadeaux de Noël… Je voudrais pas gâcher la fête…

Publié dans Humeur

Commenter cet article

Oncle Dan 03/06/2011 13:59



Bien dit !



Marie 04/01/2010 17:49


C'est toujours bien de relire parce que coté sacs plastique, il y a belle heurette (au moins quatre ans) que nous en sommes "privés" un peu partout en France. Il n'en reste dans les super-hyper,
maxi-mini QUE pour les fruits et légumes, des biodégradables qu'on peut s'en servir en poubelle (sauf qu'ils craquent au moindre coin de pot de yaourt ou de petit-suisse) Bonne année d'optimisme à
toi.


madame de K 23/12/2009 09:02


Ton texte commence très noir, mais il devient positif sur la fin puisqu'il propose d'agir au lieu de se morfondre.
Par contre sur le coup des cartes de voeux, je ne suis pas d'accord ! une jolie carte (que tu as faite toi-même) pour les personnes que tu aimes, c'est plus concret qu'un mail, et ça peut servir de
marque-page ou de déco au dessus de l'ordi ;-)
Par contre, pour participer à ton effort de guerre, je m'efforce de manger moins de viande (et surtout moins de boeuf qui pète et qui rote du méthane, bien plus que moi ! ;-) et en plus, c'est bon
pour la santé.
Enfin c'est une de mes idées, j'en ai d'autres ;-) : ne pas manger de pommes du Chili, trier les poubelles, apprendre à mes enfants (ou du moins essayer...) à ne pas reste 20 minutes sous la douche
etc.
Et j'aime bien ton idée de faire un petit effort, et pas un sacrifice, parce que c'est vrai que les petits gestes coûtent peu mais s'additionnent, et c'est moins décourageant.
Bon, ben joyeux non-Noël quand même hein !


louis 22/12/2009 15:59


Merde, plus de cartes de voeux? Tu veux me gacher les fêtes ?


Lautreje 22/12/2009 15:17


Mouaihh... Mais bon ! je trouve que c'est un peu dur de taper sur le dernier maillon de la chaîne tout le temps (c'est à dire, nous les consommateurs !) alors qu'il suffirait de bien travailler le premier maillon : le banquier, l'investisseur, celui qui gagne des milliards en nous culpabilisant qu'il faut plus cloper, qu'il faut plus
éternuer, qu'il faut faire attention à la planète, qu'il faut donner à celui qui est dans la rue parce que sinon on est égoïste... Ceci dit, je ne prends pas un deuxième sac quand j'en ai déjà un
qui peut contenir mon achat et je donne de l'argent aux restos du coeur... Joyeux Noël !